Storytelling : Les Règles d’Or d’une Histoire Fascinante

Le storytelling d’entreprise, c’est l’art de raconter une histoire afin de créer une relation privilégiée avec ses clients et de les fidéliser.

Notre cerveau est incapable émotionnellement de faire la différence entre une légende et une histoire vraie. Cela lui permet de s’adapter.

Et c’est pour cette raison que vous vous attachez aux personnages de Friends comme s’ils étaient vos amis, que vous laissez couler une petite larme à la mort de Mufasa ou que vous vous réjouissez d’une farce faite à Drago Malefoy.

Savoir écrire une bonne histoire avec de l’émotion peut servir dans votre communication pour écrire une newsletter, un article de blog, une page de vente, une publicité et même une page produit.

Mais encore faut-il savoir raconter une histoire

Les règles d’or d’une bonne histoire

  • De l’action, vous incorporerez : rayez le verbe « faire » de votre vocabulaire et utilisez des verbes d’action,
  • De façon naturelle, vous vous exprimerez : pas besoin d’utiliser des mots que personne ne comprend, ce sera même contre-productif et vos clients auront l’impression d’être pris de haut,
  • En trois temps, vous rédigerez : toute bonne histoire commence par un état initial, se poursuit avec un conflit ou un rebondissement et se termine par la résolution du problème. Relisez plutôt Boucle d’Or ou Le Petit Chaperon Rouge ^^
  • Le héros de l’histoire, votre client sera : peu importe ce que vous vendez, votre client doit être au centre de votre communication et donc le héros de votre histoire,
  • Du rythme et des pauses, vous donnerez : un texte, c’est une musique. Il doit y avoir des moments à la cadence effrénée et des instants plus calmes mais aussi des silences pour le suspense, la surprise, le recueillement ou encore le rire. En bref, aérez votre texte et imagez-le !
  • De vos expériences, vous vous servirez : la vraie vie ne ressemble pas au générique de La Petite Maison dans la Prairie. Vos lecteurs ne veulent pas avoir l’impression que tout est beau et que rien n’est difficile dans votre vie. Ils veulent du sang, de la sueur et des larmes ! Servez-vous de vos expériences pour créer un lien avec eux,
  • Votre avis, vous donnerez : on ne peut pas plaire à tout le monde, c’est un fait. Alors n’ayez pas peur d’affirmer vos pensées. Vous apparaîtrez comme quelqu’un de confiant et devinez quoi ? Vous inspirerez la confiance.

Finalement, écrire une histoire, ce n’est pas compliqué.

Elle doit être simple, familière (dans le sens où elle trouve un écho chez votre client) et émotionnelle. Les gens adorent les rebondissements, les drames, le suspens !

L'histoire de Nemo remasterisée !
N’oubliez pas d’ajouter une touche d’humour ! (source : Six in the City)

Chaque histoire est une promesse

Cela peut être aussi simple que le célèbre « il était une fois ».

Prenez par exemple le livre de Joël Dicker, La Vérité sur l’Affaire Harry Québert ou Le Livre des Baltimore. Dans ces deux romans, le héros est Marcus Goldman.

Dicker écrit à la première personne et se transforme en narrateur à travers son personnage. C’est comme s’il vous disait : « Viens, je vais te raconter une histoire. Ça ne m’est pas arrivé, c’est l’histoire de quelqu’un d’autre mais ça va te plaire. »

Une bonne promesse, c’est comme un caillou qu’on tire vers l’arrière dans un lance-pierre et qui vous propulse en avant et à travers l’histoire jusqu’à la fin. Andrew Stanton

Dicker est souvent critiqué pour le manque de qualité de ses écrits mais comment expliquer que ses livres aient autant de succès ?

Parce qu’il a compris que le livre est « un rapport aux gens ».

Tout comme une bonne histoire.

Je pourrais vous donner un autre exemple. Celui d’un de mes films favoris : Forrest Gump.

Du début à la fin du film, le personnage emblématique de Tom Hanks nous raconte son histoire et sa vision de l’histoire américaine.

Il nous implique dans sa narration comme toutes les personnes qui s’assoient sur le banc à ses côtés.

Si vous avez suivi la série Mr Robot (j’attends la saison 4 avec impatience), il se passe exactement la même chose avec le personnage principal. Elliott s’adresse directement à nous à travers l’écran et le spectateur se sent acteur de la vie du personnage.

Ne donnez pas toutes les informations au lecteur

Nous sommes nés pour résoudre des problèmes.

C’est ce qu’on fait tous les jours.

Et l’absence d’informations dans une histoire nous attire.

On veut en savoir davantage, trouver par nous-même. On n’est pas seulement attiré par les enfants ou les chatons parce qu’ils sont mignons mais aussi parce qu’ils ne peuvent pas exprimer pleinement ce qu’ils ressentent. On fait donc des déductions, on ne peut pas s’en empêcher.

Andrew Stanton (scénariste entre autres de Wall-E et de Toy Story) parle de la théorie unificatrice de 2 + 2. Le public doit assembler lui-même, ne leur donnez pas directement la solution et laissez-les faire des déductions.

C’est à vous de donner les éléments dans un ordre précis, vous êtes le scénariste de vos histoires.

Scooby-Doo cherche des indices.
Laissez votre lecteur assembler les indices. (source : Pinterest)

Le storytelling a des lignes directrices mais pas de règles rigides

Bien sûr, raconter une bonne histoire n’est pas une science exacte et c’est ce qui fait l’intérêt du storytelling.

Le changement est fondamental dans les histoires parce que nous apprenons tout au long de notre vie. Sur nous, sur nos parents, sur nos enfants…

Une bonne histoire est proche de la vie. Et la vie est sans cesse en mouvement. Un bon texte n’est jamais statique, sinon il meurt.

Le théâtre est l’anticipation mêlée à l’incertitude. William Archer

Quand vous construisez une histoire, il faut construire l’anticipation.

Il faut donner envie aux lecteurs d’en savoir davantage, de savoir ce qu’il va se passer ensuite et surtout comment cela va se terminer.

Les meilleures histoires diffusent l’émerveillement.

Utilisez ce que vous savez, puisez dedans. Créer une bonne histoire, c’est s’emparer d’une vérité de votre expérience et exprimez les valeurs que vous connaissez.

Une bibliothèque pleines de surprises !
Faites voyager votre lecteur !

Ne soyez pas ennuyeux 

Relisez-vous.

Vous trouvez cela ennuyeux ? Recommencez ou ajoutez des rebondissements.

Vous n’avez pas envie de connaître la suite ? Retravaillez votre texte.

Vous ne vous attachez pas aux personnages et l’action est totalement absente ? Recommencez encore et encore.

A force d’écrire des histoires, vous deviendrez meilleur. 

Et si vous pensez que votre texte est bon, faites-le relire par une tierce personne. Prenez en compte ses remarques et améliorez de nouveau votre texte.

Déjà publié ? Ce n’est pas grave, vous ferez mieux la prochaine fois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *