Travailler son SEO seul : le référencement d’un article de blog

Ah le référencement naturel ! Aussi appelé SEO. Non ce n’est pas l’acronyme d’un gros mot ou un éternuement raté mais un élément essentiel à prendre en compte quand on rédige pour le web.

Comme je vous l’explique souvent, le rédacteur web (ou vous si vous rédigez vos articles, vous-même) n’est pas le seul en charge de l’optimisation SEO de votre site internet. En revanche, il est responsable du bon référencement d’un article !

Voyons les 6 étapes à respecter pour remonter dans le classement sur les moteurs de recherche !

Etape 1 : Commencez par choisir vos mots-clés

Avant de rédiger votre article, il va falloir réfléchir aux mots-clés sur lesquels vous souhaitez vous placer. Grosso modo, demandez-vous que vont taper les internautes pour tomber sur votre article ?

Si vous voulez rédiger un article sur la meilleure manière de faire pousser des tomates, demandez-vous ce que cherchent votre cible. Les internautes vont chercher par exemple « faire pousser des tomates » ou « cultiver des tomates ». C’est ce qu’on appelle les requêtes.

Une de ces deux expressions sera votre mot-clé principal.

Dans Google, vous pouvez faire la recherche et vous aurez accès à d’autres questions liées (en bas des résultats de recherche sur la première page), comme « quand planter les plants de tomates » ou « comment faire germer des graines de tomates rapidement ». Utilisez ces questions pour construire le plan de votre article.

En rédigeant, vous placerez naturellement votre mot-clé et son champ sémantique (oui comme le champ lexical de l’école primaire). Vous parlerez par exemple de jardiner, de planter, d’arrosage, de plants, de tuteurs, de récolte…

Personnellement, je vous conseille d’utiliser Google Adwords mais surtout Ubersuggest qui aident beaucoup pour les études sémantiques (3 recherches gratuites par jour). Si vous avez besoin d’un accompagnement sur ses outils et apprendre à vous en servir, n’hésitez pas 😉

Améliorer le référencement de son article avec un mot-clé.
Allez, la recherche de mots-clés, c’est fun 🙂

Etape 2 : Optimisez le title, le titre et les sous-titres

Les titres sont-ils utiles au SEO ? Oui et non.

Oui, parce qu’il ne faut pas faire n’importe quoi avec vos headings ou sous-titres (H1, H2, H3…) puisqu’ils servent à Google à comprendre le contenu des parties.

Non, parce que placer des mots-clés dans les titres n’influencera pas le positionnement de votre article. C’était le cas avant (genre y’a 15 ans) mais ça n’entre plus en compte dans les critères de classement du moteur de recherche comme l’a expliqué John Mueller, webmaster trends analyst chez Google.

En vrai, c’est par habitude que tout le monde continue de mettre des mots-clés dans le title, le H1 (titre principal) et les H2 (sous-titres). Mais en même temps, Google s’en sert pour savoir de quoi parle votre article. De plus, les mots placés au début du texte sont considérés comme plus importants pour l’algorithme de Google.  Conclusion : ça a du sens de placer des mots-clés pertinents en tête de votre title !

Important à savoir (je vous l’ai déjà dit mais c’est bien de le redire pour ceux du fond) : par convention, il n’y a qu’un seul H1 par article. Cela permet d’avoir du code propre. 

Après il faut mettre des H2 qui correspondent aux parties de votre articles. Puis des H3 qui sont les sous-parties et ainsi de suite. Pas de H3 s’il n’y a pas de H2. Je vous surveille !

L’idée est quand un coup d’oeil, sans même lire le contenu textuel, le lecteur sache de quoi parle l’article.

Lire aussi : Quelles données surveiller sur Google Analytics ? 

Etape 3 : Comment rédiger une url optimisée ?

L’url, c’est l’adresse de votre article. Vous aurez généralement le nom de votre site suivi d’un slash, éventuellement « blog », un nouveau slash et votre article.  On ne laisse surtout pas une url de type « 087468269 » comme ça s’affiche souvent par défaut. Ni le titre entier de votre article.

On cherche à faire simple, court et efficace. Du point de vue SEO, elle n’a pas énormément d’impact. Mais une url courte et lisible permet plus facilement aux internautes de vous retrouver et inspire davantage confiance qu’une suite de chiffres.

  • On ne met pas d’accent,
  • On sépare les mots par des tirets normaux « – » (celui du 6 pour ceux sur PC),
  • On évite au maximum les articles,
  • On bannit les apostrophes.

Par exemple, mon article est sous l’url « monsite/blog/referencement-article ». Simple, court, efficace.

Etape 4 : La méta-description pour inciter au clic

Bien qu’elle n’entre pas en compte dans le référencement (elle se fiche de nous un peu, elle vient pour parler du référencement d’un article et elle arrête pas de nous dire « ça sert pas au référencement »), la méta-description s’affiche dans les résultats de recherche de Google (ou SERP) sous le title de votre site et son url.

Ok, Google ne s’en sert pas pour classer votre article mais ne partez pas.

Comme le titre, la méta-description est importante d’un point de vue marketing pour donner envie aux internautes de cliquer sur votre lien et pas celui d’un autre. Alors ne l’oubliez pas au passage 😉

Astuce : sur WordPress, elle se remplit à l’aide du plugin Yoast. 

Lire aussi : Comment retravailler vos anciens articles de blog ?

Etape 5 : Améliorez votre référencement grâce aux liens

Dans votre article, je vous conseille d’insérer au minimum un lien externe (maximum deux) et deux liens internes.

Vous améliorerez votre maillage interne avec les liens internes (logique), ça c’est pour faciliter le travail de Google. Mais vous améliorez aussi l’expérience utilisateur et incitez les internautes à rester sur votre site en proposant d’autres articles pertinents qui pourraient l’intéresser ou des liens vers vos produits ou services.

Et plus un internaute passe de temps sur votre site, plus votre taux de rebond diminue, améliorant ainsi votre référencement web.

Les liens externes ne jouent pas un très grand rôle dans le SEO mais quand même ! Ils peuvent vous aider à améliorer votre popularité. Veillez à choisir des liens vers des sites non concurrents, évitez de multiplier les liens Wikipedia et proposez des liens intéressants pour votre cible vers des sites eux-mêmes d’autorité et populaires sur un sujet donné.

Pour vraiment améliorer votre popularité, il faudra mettre en place une stratégie de netlinking afin d’obtenir des backlinks vers les pages de votre site. Mais c’est une autre histoire que je vous raconterai une autre fois.

Etape 6 : N’oubliez pas d’optimiser les images de l’article

  • Réduisez la taille de vos images : 1200 pixels, c’est pas mal en termes de qualité et de chargement de page. Des images trop lourdes (plus de 100ko) rendent votre site plus long à charger et le temps de chargement, c’est un critère qui compte pour Google 🙂
  • Renommez vos images pour éviter la suite de chiffres comme pour les url. Choisissez deux ou trois mots séparés par des tirets et sans accents pour nommer chacune de vos images. Les mots choisis doivent permettre de savoir ce qui est représenté sur l’image.
  • Remplissez la balise alternative. C’est ce qui s’affiche lorsque, pour une raison ou pour une autre, l’image ne charge pas. C’est aussi important pour l’accessibilité si l’internaute utilise un logiciel de synthèse vocale. Il faut absolument la remplir car cette balise est prise en compte par Google pour le classement de votre site (les robots de Google ne voient pas les images, il les lisent). Vous pouvez y placer un ou deux mots clés en décrivant l’image.

Après avoir fait tout ça, votre article est fin prêt à être publié !

N’oubliez pas de le partager sur les réseaux sociaux et dans votre newsletter pour le faire connaître et lui apporter la célébrité qu’il mérite 😉

PS : vous pouvez remplacer toutes les fois où le mot « article » est présent par « page de site ». Les conseils s’appliquent quasiment à l’identique.

 

Vous n’avez pas le temps de faire ce travail d’optimisation d’articles ? Pas de problème ! Je suis là pour ça 😉

Comment travailler son référencement avec les articles de blog ?

CatégoriesSEO

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *